Archive pour septembre, 2012

Parfois en regardent les choses d’un angle différent …elles prennent une autre dimension .

Parfois en regardent les choses d’un angle différent …elles prennent une autre dimension . dans Citations 217830_498592913486262_1808688614_n-242x300

Publié dans:Citations |on 16 septembre, 2012 |Pas de commentaires »

C’est la vie, pas le paradis…

Image de prévisualisation YouTube

T’es tombé dans l’piège
Cowboy, par le siège,
T’as misé sur le mauvais cheval
C’est ton premier cri
Et tout le monde applaudit
Ça fait plaisir, mais ça fait mal
Tu tombes sur maman
Tu te dis finalement
Que t’aurais pu tomber plus mal
Jusque-là , ça va
Mais cowboy, n’oublie pas
Qu’il est à bascule, ton cheval
C’est du…

(Refrain:)
Rodéo
C’est la vie, pas le paradis
Rodéo
C’est la vie, pas le paradis

D’abord à 4 pattes
Tu tombes, tu t’rattrapes
Et puis l’école, on peut pas dire qu’ça t’emballe
Du coup, tu traînes dehors
Cowboy, t’es le plus fort
Pour la défonce et la cavale
Tu laisses ta famille
Et tu tombes les filles,
Qu’elle pleure, tu t’en fiches pas mal
Une nuit, une heure,
Une seconde de bonheur,
Comme toutes ces pillules que t’avales
Comme au…

(Refrain)

T’es tombé dans l’piège,
Le nez dans la neige,
En route vers le paradis
Tu parles d’un héros,
Fauché en plein galop
Et dire que tout le monde applaudit
Tu tombes, tu te relèves
Jusqu’au jour où tu crèves
Tout ça pour tomber dans l’oubli
C’est fini, cowboy, fini, mais rassure-toi
On peut pas tomber plus bas

Rodéo
Rodéo

(Refrain)

Publié dans:Non classé |on 14 septembre, 2012 |Pas de commentaires »

Avec le Temps…

Image de prévisualisation YouTube
Avec le temps…

Avec le temps, va, tout s’en va

On oublie le visage et l’on oublie la voix

Le coeur, quand ça bat plus, c’est pas la peine d’aller

Chercher plus loin, faut laisser faire et c’est très bien

Avec le temps…

Avec le temps, va, tout s’en va

L’autre qu’on adorait, qu’on cherchait sous la pluie

L’autre qu’on devinait au détour d’un regard

Entre les mots, entre les lignes et sous le fard

D’un serment maquillé qui s’en va faire sa nuit

Avec le temps tout s’évanouit

Avec le temps…

Avec le temps, va, tout s’en va

Même les plus chouettes souvenirs ça t’as une de ces gueules

A la Galerie je farfouille dans les rayons de la mort

Le samedi soir quand la tendresse s’en va tout seule

Avec le temps…

Avec le temps, va, tout s’en va

L’autre à qui l’on croyait pour un rhume, pour un rien

L’autre à qui l’on donnait du vent et des bijoux

Pour qui l’on eût vendu son âme pour quelques sous

Devant quoi l’on se traînait comme traînent les chiens

Avec le temps, va, tout va bien

Avec le temps…

Avec le temps, va, tout s’en va

On oublie les passions et l’on oublie les voix

Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens

Ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid

Avec le temps…

Avec le temps, va, tout s’en va

Et l’on se sent blanchi comme un cheval fourbu

Et l’on se sent glacé dans un lit de hasard

Et l’on se sent tout seul peut-être mais peinard

Et l’on se sent floué par les années perdues

Alors vraiment

Avec le temps on n’aime plus.

Publié dans:Non classé |on 12 septembre, 2012 |Pas de commentaires »

Quand la deception régne …!

Aujourd’hui je peux conclure ,que ce qui m’arrive et bien de ma faute!
Je vais laisser mes sentiments de coter et regarder vers l’avant…j’ai un long chemin a parcourir et je dois assumer toute seule.
Mon coeur je ne le suivrais plus…je pense qu’aujourd’hui y a plus des gens avec des cœurs et qui sont la que pour vous…
Pauvre de moi….vraiment pauvre de moi! Moi qui me laisse jamais faire…on me traite ainsi…je ne pourrais jamais l’accepter et surtout le vivre!
Faut que je me réveille un peu…! C’est moi la naïve…qui sait rien encore de la vie…
Combien de fois encore je serais déçu…??? Dieu seul le sais…!!!
Je suis déçu de tout vraiment de tout…!
J’en reçoit des baffes plein la gueule et la c’est tous les jours!
Ça me fatigue beaucoup…mais je dois continuer pour être la pour ceux que j’aime le plus dans ce monde cruel…ma sœur et mon frère!
Et je sais que cela va me rendre encore plus forte avec le temps…!
Et comme on dit chez nous : »les paroles du sage avec ceux qui comprennent pas ,te font perdre ton temps… » Alors assez de temps perdu !!!!!!
Image de prévisualisation YouTube
Zazie « sans viser personne » live2010.

Publié dans:Non classé |on 12 septembre, 2012 |Pas de commentaires »

We are stars – The Pierces

Image de prévisualisation YouTube
We are stars,
Fashioned in the flesh and bone,
We are islands,
Excuses to remain alone,
We are moons,
Throw ourselves around each other,
We are oceans,
Being controlled by the pull of another.

And I just wanna be loved by you,
Yeah I just wanna be loved by you,
I see nothing worse than to sail this universe without you.

When we met,
I was pulling an angel out of a liar,
We forget,
Satisfaction kills our desire,
We are dreamers,
Wishing upon what we were born from,
We made plans,
Kill them ourselves,
And then we mourn them.

And I just wanna be loved by you,
Yeah I just wanna be loved by you,
I see nothing worse than to sail this universe without you.

And I just wanna be loved by you,
Yeah I just wanna be loved by you,
I see nothing worse than to sail this universe without you.
(I just wanna be loved by you)
I see nothing worse than to sail this universe without you.
(I just wanna be loved by you)
I see nothing worse than to sail this universe without you,
Without you.

Image de prévisualisation YouTube
(Acoustic Version)

Une chanson que j’adore…je l’écoute chaque jour,lors du lancement d’une pub avec une serie de films!
J’aime regarder des films et m’évader…loin!

Publié dans:Non classé |on 12 septembre, 2012 |Pas de commentaires »

« On peut tout fuir, sauf sa conscience. » de Stefan Zweig

« On peut tout fuir, sauf sa conscience. » de Stefan Zweig dans Citations pacifique22.1174247870-225x300

« Le bonheur est éphémère, il passe sans s’arrêter, il s’attarde parfois, l’espace d’une illusion, mais rares sont ceux qui savent le retenir, le garder. Il est si fragile, si vulnérable, il suffit de trois fois rien pour l’effrayer, le voir fuir à jamais. »

Publié dans:Citations |on 9 septembre, 2012 |Pas de commentaires »

C’était un jardin fleuri de roses…

C'était un jardin fleuri de roses... c-est-le-temps-que-tu-as-perdu-pour-ta-rose-qui-fait-ta-rose-si-importante-le-petit-prince2-202x300

C’était un jardin fleuri de roses.

- Bonjour, dirent les roses.

Le petit prince les regarda. Elles ressemblaient toutes à sa fleur.

- Qui êtes-vous ? leur demanda-t-il, stupéfait.

- Nous sommes des roses, dirent les roses.

- Ah! fit le petit prince…

Et il se sentit très malheureux. Sa fleur lui avait raconté qu’elle était seule de son espèce dans l’univers. Et voici qu’il en était cinq mille, toutes semblables, dans un seul jardin !

Publié dans:Non classé |on 8 septembre, 2012 |Pas de commentaires »

Une bonne et longue marche …

Une bonne et longue marche ... courir_marcher_-300x199

Cet après midi, j’ai bien profiter d’une bonne marche au bord de la mer…
En solitaire,j’avais aimer cela…ça fait un bon moment que j’ai pas eu ce moment de sérénité…ahhhh ça m’a fait du bien,vraiment que du bien! la marche m’aide a réfléchir aussi , a me poser des questions …! depuis plus d’un an ,y a eu beaucoup de changement autour de moi et ça continue, encore et encore …
C’est le moment que je change et passer a autre chose!
Demain « Inch’allah » une autre marche! ;)
Bon week-end a tous!

Publié dans:Non classé |on 8 septembre, 2012 |1 Commentaire »

L’univers, c’est un livre…

L'univers, c'est un livre... 55966780-300x260
L’univers, c’est un livre, et des yeux qui le lisent.

Ceux qui sont dans la nuit ont raison quand ils disent :
Rien n’existe ! Car c’est dans un rêve qu’ils sont.

Rien n’existe que lui, le flamboiement profond,
Et les âmes, les grains de lumière, les mythes,
Les moi mystérieux, atomes sans limites,
Qui vont vers le grand moi, leur centre et leur aimant ;
Points touchant au zénith par le rayonnement,
Ainsi qu’un vêtement subissant la matière,
Traversant tour à tour dans l’étendue entière
La formule de chair propre à chaque milieu,
Ici la sève, ici le sang, ici le feu ;
Blocs, arbres, griffes, dents, fronts pensants, auréoles ;
Retournant aux cercueils comme à des alvéoles ;
Mourant pour s’épurer, tombant pour s’élever,
Sans fin, ne se perdant que pour se retrouver,
Chaîne d’êtres qu’en haut l’échelle d’or réclame,
Vers l’éternel foyer volant de flamme en flamme,
Juste éclos du pervers, bon sorti du méchant,
Montant, montant, montant sans cesse, et le cherchant,
Et l’approchant toujours, mais sans jamais l’atteindre,
Lui, l’être qu’on ne peut toucher, ternir, éteindre,
Le voyant, le vivant, sans mort, sans nuit, sans mal,
L’idée énorme au fond de l’immense idéal !

La matière n’est pas et l’âme seule existe.

*

Rien n’est mort, rien n’est faux, rien n’est noir, rien n’est triste.
Personne n’est puni, personne n’est banni.
Tous les cercles qui sont dans le cercle infini
N’ont que de l’idéal dans leurs circonférences.

Astres, mondes, soleils, étoiles, apparences,
Masques d’ombre ou de feu, faces des visions,
Globes, humanités, terres, créations,
Univers où jamais on ne voit rien qui dorme,
Points d’intersection du nombre et de la forme,
Chocs de l’éclair puissance et du rayon beauté,
Rencontres de la vie avec l’éternité,
Ô fumée, écoutez ! Et vous, écoutez, âmes,
Qui seules resterez étant souffles et flammes,
Esprits purs qui mourez et naissez tour à tour :
Dieu n’a qu’un front : Lumière ! et n’a qu’un nom : Amour ! -

Victor HUGO

Publié dans:Non classé |on 4 septembre, 2012 |1 Commentaire »

A un poète – Victor HUGO

Ami, cache ta vie et répands ton esprit.
A un poète - Victor HUGO  dans Poésie 3045544171_1_7_B1MCZ3R4-300x187
Un tertre, où le gazon diversement fleurit ;
Des ravins où l’on voit grimper les chèvres blanches ;
Un vallon, abrité sous un réseau de branches
Pleines de nids d’oiseaux, de murmures, de voix,
Qu’un vent joyeux remue, et d’où tombe parfois,
Comme un sequin jeté par une main distraite,
Un rayon de soleil dans ton âme secrète ;
Quelques rocs, par Dieu même arrangés savamment
Pour faire des échos au fond du bois dormant ;
Voilà ce qu’il te faut pour séjour, pour demeure !
C’est là, – que ta maison chante, aime, rie ou pleure, -
Qu’il faut vivre, enfouir ton toit, borner tes jours,
Envoyant un soupir à peine aux antres sourds,
Mirant dans ta pensée intérieure et sombre
La vie obscure et douce et les heures sans nombre,
Bon d’ailleurs, et tournant, sans trouble ni remords,
Ton coeur vers les enfants, ton âme vers les morts !
Et puis, en même temps, au hasard, par le monde,
Suivant sa fantaisie auguste et vagabonde,
Loin de toi, par delà ton horizon vermeil,
Laisse ta poésie aller en plein soleil !
Dans les rauques cités, dans les champs taciturnes,
Effleurée en passant des lèvres et des urnes,
Laisse-la s’épancher, cristal jamais terni,
Et fuir, roulant toujours vers Dieu, gouffre infini,
Calme et pure, à travers les âmes fécondées,
Un immense courant de rêves et d’idées,
Qui recueille en passant, dans son flot solennel,
Toute eau qui sort de terre ou qui descend du ciel !
Toi, sois heureux dans l’ombre. En ta vie ignorée,
Dans ta tranquillité vénérable et sacrée,
Reste réfugié, penseur mystérieux !
Et que le voyageur malade et sérieux
Puisse, si le hasard l’amène en ta retraite,
Puiser en toi la paix, l’espérance discrète,
L’oubli de la fatigue et l’oubli du danger,
Et boire à ton esprit limpide, sans songer
Que, là-bas, tout un peuple aux mêmes eaux s’abreuve.

Sois petit comme source et sois grand comme fleuve.

Publié dans:Poésie |on 4 septembre, 2012 |Pas de commentaires »
1234

mes pensées |
kittygirly |
j'ai une algoneurodystrophie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | binsle120
| Univers sans lisse
| Les ANIMAUX et leurs MESSAGES